NAOMIS finalise son intervention à Addis Abeba pour AAWSA

Retour sur l'expérience vécue de Stéphane DUBRETON, consultant SIG

Bienvenue au royaume d’Aksoum !

AWSAA* est l’autorité qui gère les ressources en eau potable de la capitale Ethiopienne : Addis Abeba. Cette métropole connait une croissance démographique et sa demande en  ressources est en constante augmentation.

C’est dans ce contexte que le bureau d’étude irlandais Nicholas O’Dwyer en partenariat avec MS Consultancy, SCE et NAOMIS ont réalisé une étude d’analyse d’implantation d’un barrage au nord de la Ville. NAOMIS est intervenu pour constituer une base de données géographique des ressources en eau et mettre en place une application informatique dite Système d’Information Géographique. L'intervention de NAOMIS se finalise fin avril avec une mission de formation des équipes de la régie aux outils mis en place. C'est l'occasion de revenir sur l'expérience d'un des intervenants de NAOMIS, Stéphane DUBRETON, qui a réalisé des missions à Addis Abeba.

 Stéphane DUBRETON, Consultant SIG. 

Que sais-je de l’Ethiopie et plus particulièrement d’Addis Abeba avant de débarquer ? A vrai dire : pas grand-chose, mis à part ses problématiques de malnutrition et ses coureurs de fond de renommée internationale lesquels m’ont accompagné dans l’avion du retour pour tout rafler au Marathon de Paris.

La première impression est toujours la plus importante, dit-on. Me concernant, je découvre l’hospitalité et la gentillesse des Ethiopiens prenant en charge un pauvre occidental en mode Lost in translation : pas d’adresse d’hôtel, pas de contact local. Un occidental  qui tente désespérément de joindre la France mais à 7h30 et 2h de décalage, tout le monde dort sur ses deux oreilles... Il n’y a pas de problème en Afrique, il n’y a que des solutions !

Une fois les contacts locaux établis, mes différentes rencontres avec les collaborateurs d’AAWSA et MS Consultancy me confirment cette première impression. Je comprends également que le café est originaire d’Ethiopie et qu’il est bien vu d’en accepter chaque dégustation...

D’un point de vue professionnel, mon objectif était de collecter, intégrer et structurer les données permettant de cartographier les ressources en eau alimentant Addis Abeba ce que je fis afin de  constituer une base de données exploitable par AAWSA.

Ce travail réalisé, place à la seconde mission et à l’animation d’une présentation devant une quarantaine de convives. Echanges, applaudissements, remerciements,  je retrouve tout l’enrichissement que peut apporter la rencontre de deux cultures qui parlent finalement le même langage : celui de l’appréhension et de la connaissance par l’homme de sa situation géographique notamment au travers des Systèmes d’Information Géographiques.

Je repars d’Addis en en sachant désormais un peu plus sur les Ethiopiens, leur Capitale en pleine expansion et leurs taxis blanc/bleu qui ont traversé les âges.

En parlant d’âge, je me dois de vous passer le bonjour de la part de Lucy. Vous vous souvenez d’elle ? Lucy, notre ancêtre commune qui fête ses 3,2 millions d’années au muséum national d’Addis Abeba. N’hésitez pas à lui rendre visite si votre route vous amène à la capitale de l’ancien royaume d’Aksoum : elle vous souhaitera la bienvenue et en français qui plus est !

L’hospitalité éthiopienne, encore et toujours…